Sexe, drogue et Gucci…

1041065_13953544

Hell, Lolita Pille, Ed. Le livre de poche, 7 janvier 2004

Résumé:

« Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Thin Pink génération, mon credo : sois belle et consomme. » Hell a dix-huit ans, vit à Paris Ouest, se défonce à la coke, est griffée de la tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l’équivalent de votre revenu mensuel, fait l’amour comme vous faites vos courses. Sans oublier l’essentiel : elle vous méprise profondément… Jusqu’au soir où elle tombe amoureuse d’Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé. Ensemble, coupés du monde, dans un corps à corps passionnel, ils s’affranchissent du malaise qu’ils partagent. Mais les démons sont toujours là, qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir. Entre romantisme et cynisme, voici les débuts d’un « adorable monstre » de dix-neuf ans.

Mon avis:

9 ans, ça m’aura pris 9 ans pour le lire!!! 8 ans pour l’acheter et une année supplémentaire pour le lire, pourquoi?  Parce que j’ai vu le film (que j’ai adoré!), je n’avais donc plus à découvrir l’histoire.

 

Mais je ne pouvais pas rester sur l’impression du film sans vouloir en connaître les origines. Et celà est assez fidèle.

Ella, surnommée Hell a tout, fréquente des gosses de riches, ne fait que sortir en boîte de nuit et dépenser l’argent de ses parents rue Montaigne à Paris. Pourtant ce vide existenciel lui pèse et sa fuite en avant va la mettre sur le chemin d’Andrea, lui même issu de la jeunesse dorée du 16ème et lui même complètement désabusé par ce monde futile. Ensemble, ils vont tenter de s’y soustraire, le temps d’une relation naissante, avant que les démons de Hell ne les attirent à nouveau vers les ennuis.

Il faut savoir que l’histoire serait une biographie romancée de l’auteur et décrirait assez fidèlement la face sombre de ces priviligiés des quartiers chics de la capitale, et si celà est avéré, alors l’argent ne fait vraiment pas le bonheur.

Dans son oeuvre, les personnages principaux, ainsi que les secondaires, sont dans une totale autodestruction, un dénigrement assumé pour le reste du monde et ceux qui ne font pas parti de leur cercle très select. Les règles, les lois, tout comme les figures parentales, sont totalements absentes; nous montrant ainsi une jeunesse blasée, richissime et oisive se languir de journées aussi monotones les unes que les autres. Pas étonnant que les paradis artificiels aient pris le relai de leurs aspirations futures.

Mais la vraie richesse de cette oeuvre tient dans son écriture. L’auteur possède un vrai talent, une manière de nous dépeindre l’intrigue, les lieux, les personnages ou les situations de manière percutante et foisonnante. Plusieurs fois lors de ma lecture je me suis fait la réflexion d’un passage, ou un autre, purement littéraire qui à la manière d’un poème nous amenait à nous représenter la scène et ce fut sublime.

Donc oui j’ai adoré le film (à l’époque, qui sait si maintenant mon avis ne changerai pas!), et j’ai adoré le livre qui au delà de l’intrigue, que je connaissais déjà, m’a transporté par son écriture. Lolita Pille est une vraie plume de la littérature française et il me tarde de découvrir d’autres oeuvres de son cru.

 

Note: 7/10

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s